QUO VADIS, DOMINE (1)

QUO VADIS, DOMINE – OU VAS-TU SEIGNEUR?
Куда идешь – Господи ?
מרן לאיכא דאזל אנת? – מרנא לאן אתה הולך

"En
ce temps-là, au passage, Jésus vit, assis, un homme aveugle de naissance. Ses
disciples l’interrogèrent en disant : « Maître, qui a péché, lui ou ses
parents, pour qu’il soit né aveugle ? » Jésus répondit : « Ni lui, ni ses
parents, n’ont péché, mais c’est afin qu’en lui se manifestent les œuvres de
Dieu. Il nous faut, tant qu’il fait jour, accomplir les œuvres de celui qui m’a
envoyé ; vient la nuit où nul ne peut travailler. Pendant que Je suis dans le
monde, Je suis la lumière du monde. »"

Ce sont les premiers mots de l’Evangile du Dimanche dit "De l’Aveugle
de naissance" dans la tradition byzantine, lu en Saint Jean 9, 1-38.
Alors que les Eglises latine et protestantes ont fete l’Ascension du
Seigneur jeudi dernier, les Eglises orthodoxes  s’appretent a
celebrer la montee de Jesus au ciel mercredi 31 mai- 1er juin,
precedant cette annee de quelques heures la fete juive de Shavuot – Des
Semaines – qui rappelle le Don de la Torah a Moise. Il serait surement
opportun de rappeler a cet egard que la tradition juive considere –
selon la foi exprimee par les rabbins et transmises a ce jour – que ce
"Don de la Loi" ne se limite pas a la reception des "Dix Paroles ou
Commandements", mais que "cette Parole-Loi vivante – Torah" fut
egalement accompagnee par le Don de la "Torah she-be-al pe – תורה שבעל-פה
"c’est-a-dire la Loi orale"  dont le corpus reste "ouvert. C’est
ainsi que l’on comprend, dans la tradition juive issue de Yavne et de
la "foi pharisiene (qui confesse la resurrection des morts), le verset
du psaume 62, 12: "Dieu a dit une chose, j’ai entendu deux choses – אחת דבר אלהים שתים זו שמעתי" ).

                                                       
*  *  *  *

En fait, la vie spirituelle consiste a "monter", "s’ouvrir, s’agrandir"
constamment. Nous assistons a un mouvement planetaire d’ouverture sans
precedent de possibilites a tous les plans de facultes humaines. Puis,
aussi, une sorte de singularisation, une marginalisation qui s’exprime
dans une brisure ou une fragmentation-exclusion d’autrui. Ceci est
peut-etre trop sensible dans une ville comme Jerusalem, "Venise de
Dieu" comme l’a appelee Uri Lioupiansky, le maire de Jerusalem en cette
39eme commemoration du Yom Yerushalayim – ום ירודשלים. Cela donne des "simultanes
contradictoires", a la limite de la legalite… et qui pourant restent
peut-etre porteurs de sens a tres long-terme: Attables a la Porte de
Jaffa, des Arabes suivent en direct ce meme-jour la seance du parlement
palestinien a Ramallah. Au premier rang siegent le Patriarche latin
Michel Sabbah, l’eveque lutherien  – arabe Yunnan et a leurs cote,
l’archeveque Theodosios-Attallah de Sebastie, grec-orthodoxe. Sur la
place, la police est renforcee: un groupe ultra-sioniste se dirige vers
le Mur Occidental. Ils font une pause a un angle, au demeurant assez
mediatique: ils reclament la liberation de Yonathan Pollard qui est
condamne a la prison a vie aux Etats-Unis sous l’inculpation d’avoir
fait de l’espionnage pour le compte d’Israel.  A Ramallah – comme
sur le chemin du Mur (Kotel), l’ambiance est curieusement joviale et
"bon enfant". En soi, les actes sont importants; ils donnent
l’apparence de "jeux d’enfants". Les enjeux sont graves: stabilite et
coherence d’un parlement – pourquoi la presence de membres du clerge
qui n’iraient pas meme assister a une session de la Knesset (parlement
israelien)? Et des supporters israeliens qui entrent en Vieille Ville
sans trop se soucier du fait qu’ils haranguent essentiellement en
hebreu des arabes qui restent "indolents".

S’agit-il, en l’occurence, de jeux d’enfants dans une societe ou il est
clair que tous les citoyens passent parfois par une phase
d’infantilisation collective? Ou d’une amnesie de l’histoire, comme un
illetrisme que  certains voudraient manipuler de l’exterieur? Ou
bien encore une question similaire a celle que les disciples posent a
Jesus: un aveugle-ne est la. Qui a peche? lui, ses parents? D’ou vient
une cecite? et qui peut decemment affirmer ou oserait meme penser "nul
n’a peche… c’est pour que ce manifeste les oeuvres de Dieu"? Et
comment regardons-nous ou recevons-nous la "Lumiere du Monde" au sens ou
Jesus parle de Lui-meme et de Dieu (comme de Son peuple), en reference a la parole du prophete Isaie 42.
(49, 6 – 58, 10 – 54,1 – 60, 1/3/19 – Luc 2, 32; Actes 13, 47; 26, 23).

A Yad VaShem (le Memorial de l’Holocauste-Shoah-Hurban (שואה – חורבן) situe a
Jerusalem sur le Har HaZikkaron – הר הזכרון) a ete ouvert en 1987, soit onze ans
apres le projet initial, le monument, cree par Moshe Safdie, dedie aux
1.500 000 enfants juifs extermines pendant la Shoah. A l’interieur une
flamme, lumiere provenant de 5 bougies est refletee par des miroirs des
profondeurs jusqu’en au plus haut (des cieux) en penombre, produisant
des points lumineux qui expriment combien "l’ame humaine est une
flamme du Seigneur". Les noms et ages des enfants assassines sont
egrenes comme en "litanie" en hebreu, anglais et yiddish

Une lumiere est faite pour etre mise en valeur. Elle est un revelateur.
Les aveugles peuvent sentir la lumiere. Parlant a l’aveugle-ne, les
pharisiens qui croient en la resurrection des morts, lui disent:: « C’est toi qui es disciple
de celui-là ; nous, c’est de Moïse que nous sommes disciples. Nous, nous savons
que Dieu a parlé à Moïse et que Dieu n’écoute pas les pécheurs, mais, celui-là,
nous ne savons pas d’où il est. » L’homme leur répondit : « C’est pour cela, en
effet, que je suis étonné, parce que vous ne savez pas d’où il est, et il m’a
ouvert les yeux. Nous savons que Dieu n’écoute pas les pécheurs, mais si
quelqu’un est pieux et fait sa volonté, il l’écoute. Jamais, jusqu’à présent on
n’a entendu dire qu’on eût ouvert les yeux d’un aveugle de naissance. Si cet
homme n’était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. » Ils lui répondirent : «
De naissance, tu n’es, toi, que péché, et tu nous enseignerais ? »

En
1942, le resistant Mordekhai Shenhavi, du kibboutz Mishmar
HaEmeq,  a eu l’intuition que soit cree un lieu-memorial pour
toutes les victimes de ce qui est est habituellement nomme "Holocauste"
en anglo-europeen, mais surtout "Shoah" (extermination, reduction a
neant), assez peu "khurban" (destruction en liaison avec les deux
Temples) comme le suggererait le contexte. En russe, le terme reste
plus vague et global: "катастрофа – catastrophe". La loi israelienne
permit la creation de ce memorial en 1953, Yad VaShem – "יד ושם" (une stele et un
nom pour ceux morts sans sepultures – Isaie 56, 5 – nom egalement
suggere par M. Shenhavi). La derniere restructuration date de
l’extension du musee historique en un institut vaste inaugure le 15
mars 2005. Je frequente le lieu depuis plus de 25 ans. Depuis 10 ans,
j’y passe une demie-journee de meditation ou de priere, de presence par semaine.
J’en fais le tour systematiquement tous les Vendredis Saints, parfois
avec des fideles orthodoxes ou autre chretiens de toutes origines.

Je garde une photo dont le cliche a ete pris il y a 25 ans: un panneau
intitule en yiddish "Di Ts’dukim –  די צדוקים – Les Sadduceens". C’est l’annonce
d’un cours pour les enfants sur cette classe de pretres qui officiaient
dans le Deuxieme Temple et ne croyaient pas, contrairement aux
Pharisiens (dont se reclame Saint Paul), a la resurrection des morts.
J’ai eu de longues conversations (dont je conserve les enregistrements)
avec le Rav Leon Yehudah Askenasi (Manitou) sur le fait que cette
classe a disparu du judaisme contemporain alors qu’elle regissait la
vie du Temple sans la foi en vie dans le monde a-venir. Il soulignait
combien cette foi etait alors vaine et sans esperance d’eternite.
Quelques annees plus tard, il accueillit au Yad VaShem un groupe –
auquel j’ai ete lie – de chretiens qui faisaient une demarche de pardon
a l’occasion du Kippour.

Le danger du "sadduceisme" et donc du service rituel "systematise
et
quasi automatise", trouvant des lors sa propre justification en
soi-meme aurait survecu, de maniere imperceptible, me disait Leon
Askenasi. Ce mouvement s’est maintenu dans les sectes Karaites,
samaritaines qui recusent le Talmud. Nous assistons a quelque chose de
tres proche dans la
ritualisation outranciere de l’Eglise orientale. Il reste que les
Eglises orthodoxes ont ete impregnees, et ont aussi exerce une action
tres positive pour la redecouverte, dans les Eglises occidentales, en
particulier catholique de la force incomparable de l’Esprit Saint,
Vivificateur et Consolateur.

Or, depuis pratiquement un an, sans doute sous le "coup" du 60eme
anniversaire de la fin de la Deuxieme guerre mondiale, le monde
n’arrete pas de s’interroger sur les camps d’extermination. Pour le
judaisme, le propos est clair: chaque 27 nisan est date-memorial des
victimes de la Shoah; ce fut la date du debut de l’insurrection du
Ghetto de Varsovie. Depuis quelques temps, l’Eglise catholique a
propose un date et le 27janvier est le jour retenu au plan international
(Nations Unies). Cela reste une question en suspens.

Nul ne peut prejuger des souffrances endurees וuniquement au titre d’une
identite. Il existe des institutions-"memoriaux" prestigieux en Israel, qui menent des actions differentes de celles qui appartiennent a Yad
VaShem. Il faut cependant noter qu’Israel est le seul pays a avoir
decrete la creation de ce Centre pour la memoire des victimes. Il y a une photo
d’une famille tsigane. Mais il reste une singularite juive. Il est
interessant alors de considerer en quoi ce temps de la Shoah est passe,
au niveau du calendrier, tandis que le temps et la maniere de
l’apprehender n’ont pas ete regles.

Lors du cours donne dans le cadre des Formations diocesaines a Paris
(Ecole Cathedrale), plus des sessions telles que "Terres slaves : mille
ans de presence juives en pays slaves et oriental" (Chevetogne 1986),
j’avais lance une idee que je continue developper ici, en Israel. Le
drame de la Shoah/Hurban s’enracine dans le probjet biblique du Livre
d’Esther. Elle a sauve  les juifs avec son parent Mordekhai de
l’extermination. Les "propos fantasques" du president iranien montrent
aujourd’hui une sorte de permanence du projet hors le milieu chretien.
Cette extermination se fonde sur un desir paien. C’est en ce sens que
le christianisme, mais aussi l’islam manifeste regulieremnt cette
volonte destructrice. Il reste que le christianisme catholique ou
protestant occidental ne peut en aucune facon se substituer a un
element "irrationnel" qui fait potentiellement de chaque Juif une
victime. Sa
vocation a etre serviteur de Dieu (cf. Prophete Isaie) induit que retombe sur lui la
souffrance des etres humains et meme etre arrachee au non-sens.

(a suivre, 1ere partie)

2 thoughts on “QUO VADIS, DOMINE (1)

  1. Bonjour

    Vous dites “J’ai eu de longues conversations (dont je conserve les enregistrements) avec le Rav Leon Yehudah Askenasi (Manitou)…”

    Je vous inviste à vous mettre en relation avec la fondation Manitou qui est à la recherche de ce genre d’enseignements du Rav Askenasi sous forme manuscrites ou audiophoniques pour éventuellement en faire profiter le plus grand nombre. Qu’en pensez-vous?

    cordialement
    michel bruno

    Like

  2. Vous avez raison de signaler toute possibilité permettant de faire connaître l’enseignement et le travail de Manitou. Ou de toute autre personne ayant marqué notre époque.
    cordialement,
    abbaa

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s