Holodomor, le meurtre par famine

Le samedi 25 novembre, l’Ukraine a celebre le jour-memorial du “holodomor” – en ukrainien “голодомор”(assassiner en masse par la faim) qui est devenu un jour national tres sensible de memoire collective pour une nation dont l’histoire a souvent ete mouvementee et l’independance, la securite assez bouleversee a travers les siecles. C’est aussi un drame assez recent, datant de la periode qui a suivi l’installation du regime communiste dans l’ancien Empire Russe qui allait devenir l’Union Sovietique dont l’une des republiques fut la Republique socialiste de l’Ukraine. De ce fait, avec la Bielorussie, l’Ukraine a vote en 1947 en faveur de la creation d’un Etat juif en Palestine lors de la Conference de San Francisco.

Le monde ukrainien est particulierement present en Israel de nos jours. Ceci est du au fait que les Juifs ont ete obliges de vivre sur les marches de l’Empire russe et c’est ainsi que, malgre des deportations importantes ou des emigrations massives vers l’Amerique, l’Europe et la Palestine a partir des annees de pogroms de 1880, le mouvement d’immigration de couples mixtes juif-ukrainien marque profondement le socius actuel de la societe israelienne. Lors d’un bapteme a Ashdod voici plusieurs annees – le seul jour ou il y ait eu un acte terroriste dans cette ville au cours d’une bar mitzvah – j’etais ainsi dans une famille dont les grands-parents etaient une femme ukrainienne paysanne, son mari un Juif qui lui parlait ukrainien. Elle ne connaissait pas d’autre langue; les enfants s’exprimaient en ukrainien et en polonais, avec un zest de lithuanien par mariage, la jeune generation parlait russe et ukrainien, naturellement hebreu. En diachronique, le grand-pere parlait avec le mari de sa fille en yiddish alors que celle-ci parlait polonais a son epoux. Bref, une soiree typiquement new Ashdod aux odeurs de fritures ethiopiennes dans les etapes d’un immeuble tres beau qui rejoignaient le parfum des pirojki, des oies et le lard ukrainien absolument pas kasher (sala – сала). Le bapteme eut lieu en ukrainien, avec un peu de russe et d’hebreu.

Bref, ce samedi notre paroisse a naturellement celebre le “holodomor”, ce qui montre aussi une solidarite issue de l’effondrement de l’ex-Urss et peut-etre aussi de la rencontre en Israel. L’expression “holodomor – голодомор” vient de l’ukrainien “морити голодом”, c’est-a-dire “assassiner par famine, affamer pour exterminer”. Cela se produisit en 1932-1933 et affecta d’une part la paysannerie ukrainienne et d’autre part, l’elite intellectuelle du pays. Il semble aujourd’hui avere que le gouvernement de Moscou et le Politburo (Bureau Politique) ait decide de trouver un moyen pour mettre a genou une republique au vaste territoire, aux terres tres riches en grains et ble en general. Or, des le debut de la guerre civile qui mena a la Revolution bolchevique, l’Ukraine tenta de trouver, aupres des Allemands, un moyen pour proclamer l’independance d’un Etat ukrainien dont les frontieres n’existent pratiquement pas de maniere naturelle. Il y eut un Etat independant (самодержава) qui dura un an et demi e tqui tomba en 1919.

Le regime communiste voulait donc trouver une maniere de soumettre ce pays d’une maniere specifique.Comme cela etait la norme dans le processus d’implantation du communisme, le gouvernement sovietque commenca par prendre des decisions rlativement favorables a la culture ukrainienne, reconnut la langue et assura sa promotion. Avant de mettre en place la collectivisation a partir des annees 20, les communistes tenterent de se montrer bienveillants pour peu de temps envers les petits proprietaires terriens qui possedaient parfois des terres bien plus grandes si l’on compare la superficie du territoire avec des fermes europeennes. Puis, lacollectivisation fut imposee par Moscou de maniere tres particuliere. Il semble acquis que le 7 aout 1932, le gouvernement sovietique decida par decret que quiconque s’approierait ou volerait la propriete publique serait passible de mort. Ceci concernait les personnes dont les biens avaient ete confisques et qui se trouvaient dans l’obligation de travailler en cooperatives d’Etat, en particulier en Kolkhozes. Le passage d’une societe de proprietaires a celle de partage collectif eut pour consequence de reduire drastiquement la production, mais aussi d’inciter au vol de ce qui fut alors considere comme biens d’Etat, comme par exemple, les produits agricoles.Le gouvernement prit alors la decision d’exiger – semble-t-il en parfaite connaissance de cause – que l’Ukraine serait oblige de produire une quantite de ble e tde grains qu’elle ne fut jamais en mesure de fournir a cause de l’effondrement des structures. Les consequences furent d’autant plus dramatiques que la population ne put disposer – malgre de pretendues aides du gouvernement central – de nourriture suffisante pour survivre. Tres vite une famine catastrophique fit des ravages dans toutes les zones agricoless si importantes dans le pays et toucha les ville par la suite. Des brigdaes envoyees par le regime pour collecter le ble et les productions affamerent encore davantage la population et de 1932 a 1933, des millions d’Ukrainiens subirent de front cette famine qui tua entre 2.5 a 4.8 millions d’habitants. Les chiffres restent encore a preciser comment pour beaucoup de catastrophes qui se sont produites sous le regime communiste sovietique. Il est plausible d’avancer que plus de trois millions de personnes sont mortes durant cette famine bien que le chiffre prendra du temps a etre confirme. En revanche, cette famine provoqua des epidemies comme le typhus et d’autres maladies mortelles. Les rues etaient pleines de cadavres et les phtographies de l’epoque l’ont montre amplement. Par ailleurs, le gouvernement sovietique utilisa une autre methode classique en procedant a la deportation des Ukrainiens vers les regions d’Asie centrale, ce qui affecta aussi les Tatares, les Polonais, les Russes et les Juifs qui constituerent 1,8% des victimes de cette famine.

Le probleme du “holodomor” est malheuresement aujourd’hui une pique de discorde entre le regime de la Republique Federative de Russie et le gouvernement ukrainien qui cherche une voie d’independance et de developpement autonome des republiques de l’ancienne Union Sovietique. Il n’est pas question de prendre a ce sujet un parti politique alors que, dans les annees de la famine, des personnalites ukrainiennes notoires furent des heros de la resistances nationale, mais assassinees, comme Petlioura, a l’interieur de l’eglise greco-catholique ukrainienne de Paris.

Le drame est celui du moyen utilise par un regime politique. Il est exact que la faim a souvent ete utilisee, au cours de l’histoire, pour affaiblir un adversaire et le faire ceder. Mais la faim utilise dans le but d’exterminer un nombre considerable de membre d’une mem nation (nous avons note la mort d’autres nations ou leur deportation) procede d’un desir delibere d’aneantir et de detruire toute resistance ou contestation au sein d’un groupe. A cet egard, les Ukrainiens parlent de “genocide par la faim”, ce qui a ete affirme par Raphael Lemkin qui a cree le terme de “genocide”. Ce terme a ete galvaude tout au long du 20eme siecle. Le terme a commence par etre utilise, retroactivement, pour parler des camps de concetration et “extermination des Boers par les Anglais au cours de la guerre des Boers, en Afrique du Sud (1902).

Certains pays ont considere que le “holodomor” appartient a cette categorie bien que la plupart des specialistes considerent que le terme n’est pas exact en la circonstance. Au fond, on parle aussi du “genocide” des Armeniens et des Syro-orthodoxes par les Turcs en 1915. En Israel, on s’est toujours refuse a reconnaitre ces meurtres massifsaffectant une nation particuliere comme pouvant etre comparable a la Shoah – Khurban (שואה – חורבן) dont fut victime la communaute juive au cours de la Deuxieme guerre mondiale de la part des Nazis et de leurs allies. Il s’agit, dans le cas precis d’une extermination “sans fondement et pour la seule raison d’etre” et qui, en outre correspond a des tentatives anterieures d’aneantissement ud peuple juif. Pour n pas rappeler que le projet est clairement expose dans la Bible (Rouleau d’Esther), prenant une dimension theologique qui prendra du temps a etre analysee.

Mais on peut effectivement parler d’un “meutre premedite d’une nation par le moyem de la faim”, ce qui constitue, pour un 20eme siecle particulierement sophistique dans ses actions d’estructives de la vie humaine, une forme qui s’apparente au desir d’eradiquer les Juifs, les Tsiganes, les Armeniens et les Syro-orthodoxes de Turquie.

La Russie connut de nombreux episodes de famine dans les annees 1920 et plus tard. C’etait malheuresement l’une des consequences dramatiques de conflits interieurs a un vaste territoire rongee par la guerre civile. Dans le cas du “holodomor”, il y a la presence deliberee – mais niee et secrete – d’assassiner au moyen de la faim.

Ceci fait echo, dans la societe israelienne composee d’un grand nombre de personnes originaires d’Ukraine, a un desir reel de toujours combattre le manque de nourriture et meme de “surconsommer” pour etre certain que chaque habitant de ce pays a de quoi manger. Cela rejoint la dimension de repas, de partage de pain, de boisson pour dire a chacun combien la vie est precieuse.

En cette soiree ou l’Eveque de Rome, Benedictus XVI commence son periple en Turquie, comment ne pas rappeler que, sur cette terre, furent ecrits la plupart des ecrits fondamentaux de l’Evangile proclame encore aujourd’hui en arameen et et armenien, grec et lu en latin comme aux premiers siecles.

Le Metropolite grec-catholique ukrainien de L’viv, Andrei Sheptytskyi, a ecrit, dans les annees 1920, la regle ou typikon des Basiliens Studites, avec l’aide de son frere Klementyi. Ce texte garde toute son actualite et prend meme une densite particuliere au rappel du Holodomor et au debut de ce pelerinage:

“Saint Theodore Studite appelle le moine “citoyen de l’univers” et il definit ainsi l’universalisme catholique ou mondial qui doit etre un des signes distinctifs du parfait chretien, donc avant tout, du moine. Chaque homme, chaque chretien doit aimer la nation qui est la sienne et la servir, meme en lui offrant sa vie; mais aimer sa patrie ne signifie pas exclure de la charite chretienne ceux qui sont d’une nationalite etrangere ou meme les hair. Le “nationalisme”, dans le sens d’un patriotisme exclusif et etroit, qui n’a d’amour que pour les siens et qu’indifference ou inimitie pour tout le reste de l’humanite, n’est pas chretien; (…) notre patriotisme national ne resserre pas notre coeur, mais docile aux grands principes du christianisme, il lui permet de s’etendre jusqu’a l’universalisme chretien et meme l’y pousse” (Typikon des Stoudites, Introduction, L’viv, 8 novembre 1920, in A. Babiak,”Le Metropolite Andre Cheptytskyi et les Synodes de 1940 a 1944, Universite Catholique de Lyon, 1999).

4 thoughts on “Holodomor, le meurtre par famine

  1. ABBA,

    Je vous salue très bas, car vous êtes une personne rare ( homme ou femme ) et vous êtes un TEMOIN du temps que vous vivez à l’écoute des anciens pour les temps passés.
    Mille mercis pour ce que vous êtes, mille mercis pour ce que vous écrivez

    Like

  2. Guenia (гения?)

    Je tombe tout a fait par hasard sur les commentaires et trouve le votre, un 1er avril!!Mais je vous remercie vivement de votre commentaire et en suis tres touche. Avec toutes mes pensees et amities depuis Jerusalem. Abbaa. Vous avez normalement acces a mon “profile en cliquant sur “a propos” en haut de la bande noire de gauche…

    Like

  3. Il ya en france un e méconnaissance totale de ces faits .
    Je crois qu’il existe un livre, “1933-l’année noire” écrit il y a quelques courtes années et qui s’appuie sur les témoignages d’Ukrainiens qui ont connu cette époque terrible.
    Seldo (Paris)

    Like

  4. Merci de votre commentaire. cést en effet peu connu. En Israel, cela prend encore plus dímportance en raison de la reference constante aux pogroms. Or, ici, en Israel, les relations Juifs-Ukrainiens sont constructives et tres positives sur un passe commun souvent ignore.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s