Coma profond

Journees bizarres d’un Noel occidental – en fait planetaire – mais qui ne correspond pas aux festivites habituelles prochaines des Eglises orientales a partir du 6 et 7 janvier jusqu’a la Fete de la Theophanie-Bapteme du Christ les 18 et 19 janvier 2007. Il y aura aussi ce meme-jour la fete unique de la Nativite et du Bapteme du Christ par l’Eglise armenienne.

Journees bizarres ou l’on attend la pluie et la neige sans trop savoir car ici la meteorologie est un peu “au pif” et surtout les microclimats sont legions, comme les diables qui viennent depuis des siecles titiller cette terre de salut.

Comme je visite souvent les malades soit a domicile soit dans les hopitaux, je transite inevitablement dans le centre de la ville de Jerusalem, zone majoritairement pietonne ou presque du Kikar Tzion (Zion Square – כיכר ציון). Le 25 decembre, en debut comme en fin d’apres-midi, le bus “dati – דתי – religieux”, le 38, qui fait le lien entre le centre haut de la place de la Davidka et le quartier juif de la Vieille Ville etait surpeuple par un nombre impressionnant de femmes philippines. Le conducteur du bus a ouvert de grands yeux quand je lui ai explique qu’on avait compte plus de 50.000 ressortissants des Philippines en 2005, ce qui represente en fait une baisse de leur presence dans le pays. Ils furent environ 80.000 d’apres ce que j’ai cru comprendre voici plusieurs annees. Ce sont majoritairement des femmes, contrairement aux Chinois qui sont surtout des hommes et sont arrives plus recemment a la demande du premier-ministre Ariel Sharon.

Les femmes philippines sont habituellement catholiques pratiquantes. Elles ne disposaient, voici deux ans que d’un seul pretre officiellement a leur service spirituel; un pretre franciscain qui sourit tout le temps mais sait, a l’occasion troquer sa patte de velours pour une poigne de fer. Il semble qu’il n’ait pas alors obtenu d’aide. A present, il y aurait deux autres pretres assurant cette pastorale. En revanche, je ne suis pas certain qu’ils parlent le tagalog. En general, ces personnes s’expriment en tagalog, mais aussi en espagnol et en anglais dans un melange assez interessant. Le dimanche, les femmes et quelques hommes philippins se rencontrent pour de longues pauses-sittings en centre-ville apres avoir fait des emplettes. Ils y a des couples, des enfants naissent et contribuent a poser la question de savoir le statut dont ils peuvent disposer. Beaucoup d’enfants, d’adolescents ne connaissent vraiment bien que l’hebreu et sont appeles a faire leur service militaire pour les plus ages. Mais on a atteint les 20 ans de presence dans le pays. La question du Teudat Ze’ut – תעודת זהות (attribution de la Carte d’Identite israelienne) se pose et donc de l’integration definitive dans une nation juive et tres eloignee la terre de Philippines.

J’ai acquis un manuel de conversation en tagalog et il en existe en hebreu-tagalog. En fait, ce n’est pas terriblement complique, sinon que il est plus imperatif pour moi de lire du grec et d’autres langues slaves comme le serbe que j’oublie. Mais, par definition, les contacts ont toujours existe. Je sais pratiquement a l’avance ou se trouvent certains groupes philippins le dimanche lors de mon retour en Vieille Ville et le contact est tout au moins agreable, sympathique. Certains Philippins assistent a la messe latine celebree en anglais au Centre Notre-Dame. C’est surement la langue dans laquelle ils suivent le plus spontanement un office religieux. Mais il faut aussi compter avec l’hebreu. Je crois qu’a cet egard, la paroisse catholique de Beersheva est un lieu tout-a-fait unique dans la rencontre en langue hebraique et autres de fideles les plus divers.

L’Eglise orthodoxe de Jerusalem devrait ouvrir un centre au moins communautaire pour assurer la vie de foi des tres nombreux baptises orthodoxes qui habitent dans la region et proviennent essentiellement de l’ex-Urss. La responsabilite est lourde car rien n’a ete entrpris de maniere organisee depuis trente ans et on assiste a la disparition rapide et au passage au judaisme israelien de tres nombreuses personnes qui, dans cette ancienne region d’Eglise du Negev (Mampsis-Mamshit – ממשית) expriment leurs desirs de pastorale. Je m’y rends regulierement, un autre pretre visite la cote, mais ce ne sont que des gouttes d’eau qui se perdent dans des sables qui se meuvent surtout vers une penetration rapide des Messianiques, Baptistes et des Temoins de Jehovah.

Or, les Philippins sont aussi des personnes qui utilisent volontiers l’hebreu pour la priere. Ils travaillent toute la semaine dans cette langue, beaucoup comme aides aupres de personnes agees ou aide familiale et cela peut durer pendant des annees, creer des reseaux. Comme la plupart de ce type de migrants, ils sont tres travailleurs et apprennent volontiers la langue afin de monter dans leur systeme d’echelle sociale qui me fut un jour explique dans un restaurant japonais par deux entrepreneurs philippins devenus citoyens israeliens et createurs d’emploi dans le design!

Je ne puis me prononcer sur la Qehilah – קהילה ou communaute jerusalemite catholique de langue hebraique, mais il ne semble pas que les Philippins y viennent de maniere significative. En revanche, un jour que je confessais un jeune israelien ne en Ukraine, nous descendions vers la Porte de Jaffa. Je lui ai propose d’entrer dans l’eglise de l’Annonciation qui est le Patriarcat grec-catholique (melkite) ou se trouvent des fresques et icones dans toute l’Eglise suite a un projet audacieux mais tres pedagogique de Mgr Lutfi Laham devenu le Patriarche Gregorios III des Grecs-catholiques melkites a Damas. Il avait fait un travail remarquable sur le plan pastoral et il continue d’exprimer, dans ses ecrits et communications, son souci de vie sociale, de developper l’assistance sociale aux malades, les centres de soins etc. Il avait ainsi fait appel a deux freres roumains orthodoxes Muroshan pour “ecrire” dans les murs, le plafond, de l’eglise-cathedrale, l’histoire du salut, en reference aux moments de la vie du Christ. Avec des inscriptions en grec et en arabe. Comme nous entrions dans l’eglise par le centre hotelier, nous avons ete surpris d’entendre des cantillations en hebreu – un style arabe, mais la langue etait l’hebreu: le pretre baptisait deux enfants philippins en hebreu dans cette eglise melkite. C’etait a la fois inattendu et evident. Et les Philippins nous nous accueillis avec beaucoup de joie alors que le pretre m’avait brievement presente.

Nous ne sommes pas restes, sinon que le paroissien ukrainien a regarde avec interet toutes les fresques et icones et a ete extremement surpris, tres positivement, par le fait que des Philippins avaient prie en hebreu. Voila au moins des fideles avec lesquels il pouvait converser directement et c’etait inattendu pour lui.

Le Prof. David Flusser de l’Universite Hebraique de Jerusalem, aujourd’hui decede (il etait un Juif de Prague et avait recu la charge d’enseigner le christianisme contre son gre au debut de Gerschom Scholem, specialiste du messianisme) etait impotent au cours de ses dernieres annees. Il avait une assistante philippine a qui un jour il a voulu expliquer combien il etait essentiel pour cette femme de pratiquer sa religion chretienne. Il s’est fait vertement tancer par cette femme qui etait assez interessee par le judaisme, ce qui deplaisait au Dr. Flusser qui n’appreciait pas ce type de “passage”.

C’est l’aspect amusant de cet autobus 38! Au fond, tout se passe a la station en centre-ville. La venue des policieres russes qui causent maquillage, flirt ou raz-le-bol de la famille en russe tout en fumant des mini-cigarettes; elles sont tres discretes et se comportent de maniere tres differente en presence d’une collegue nee en Israel: souvent avec une certaines distance, une forme de timidite. Il peut y avoir un salut de la main ou un sourire; il n’y aurait pas de discussion. Elles sont pratiquement toutes non-juives. Il m’arrive de dire que je prie pour que leur service se passe bien. Je le dis tout autant a l’eboueur arabe. Les ethiopiens et les philippins sont habituellement accortes. Mais il y a des cas franchement “hors normes”: comme cette femme philippine que je connais depuis plus de 5 ans et qui me saluait toujours a la station, demandant meme une priere, enfin pas une discussion, mais simplement “bonjour” et “on se reconnait” comme chretiens. Soudain, descendant de l’autobus 20, elle me regarde dans les yeux et crache par terre! Elle venait de faire sa “giyur- גיור” et elle etait devenue officiellement juive. Elle travaillait dans une famille tres pieuse juive, aidant une “grand-mere” que j’avais rencontree et nous avions echange quelques mots. Je l’ai regardee et n’ai pu reprimer un grand sourire – j’etais au bord d’eclater de rire en fait! Trois mois plus tard, comme elle me tournais le dos ostensiblement a la maniere pieuse, je lui ai dit bonsoir. Elle m’a dit que desormais elle n’avait pas le droit de parler a des paiens…

Pendant toute la journee de la Noel occidentale, l’autobus fut surtout frequente par des femmes asiatiques. Il y avait tres peu de juifs pieux, une minorite qui esquivait a l’evidence le monde chretien ou ce qu’ils en percevaient. Le bus ne repris son aspect habituel que le lendmain, avec ses cohortes de passagers allant prier au Mur occidental ou les ecoliers rentrant au quartier juif.

Ce genre de situations est peut-etre un signe de ce que je developperai: ne serions-nous pas, comme l’ancien premier-ministre Ariel Sharon, dans un coma; un coma long qui se prolonge. Il est tout de meme fascinant que le pays, la region traversent un tel moment de crise gravissime tandis que le premier-ministre qui a, peu ou prou, lance ou est le contemporain du debut de cette crise profonde est en train de dormir. “Khasar-hakarah – חסר-הכרה” veut dire “coma” en hebreu. Une absence de “conscience”. Il est interressant que, dans le Talmud “hakarat ‘uved – הכרת עובד” designe la reconnaissance du foetus comme etre vivant dans le ventre de sa mere (Niddah 8b), confirmant ainsi qu’une femme est enceinte. Un temps curieux de gestation par-dela la conscience.

2 thoughts on “Coma profond

  1. J’aime beaucoup ce que vous ecrivez … j’aimerais bien vous rencontrer
    j’habite Naharyia mais je viens a Jerusalem regulierement dont la semaine prochaine …
    Vous rayonnez. je suis artiste peintre et j’ecris sur un blog des chroniques sur Israel …
    C’est l’Israel que je connais a travers vos mots
    avec tout ma sympathie
    Corine

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s