Entre unite et distorsion

Voici maintenant un certains nombre de semaines que la tempete se prepare a l’interieur du Patriarcat grec-orthodoxe de Jerusalem. Une sorte de mouvement en forme de vagues qui reviennent en s’intensifiant comme le temps passe. C’est la raison pour laquelle je crois utile d’avoir integre l’article precedent “Quand les annees s’epaississent” qui reprend un texte deja paru d’ailleurs pour partie dans ce blog voici un an et qui fit partie des Itonits que je diffusais aupres de groupes francophones qui me soutiennent. Une version anglaise des evenements decrits ont une autre fonction, plus analytique.

Tout d’abord, nous sommes ces jours-ci dans une situation particuliere en Israel. Alors que les factions palestiniennes se dechirent, que l’on vient de dejouer un attentat visant a assassiner le president Abu Mazen palestinien et que les kassams pleuvent a nouveau sur Sderot, nous traversons l’impasse de la “quarantaine”. Israel a celebre les 40 ans de la Guerre des Six-Jours et de la “reunification – yikhud – יחוד” de Jerusalem. Certains parlent de “Yerushalayim me’ukhedet- Jerusalem reunifiee – ירושלים המאוחדת” (ce qui evoque une situation medicale en raison de l’adjectif qui est le nom de l’une des plus prestigieuse Caisses de Maladie israelienne), d’autres de “Yerushalayim shlemah – Jerusalem complete – ירושלים השלמה”. Le Maire de Jerusalem, Uri Lupolianski emploie la formule quasi “liturgique de “Jerusalem habnuyah – ירושלים הבנויה” qui est prononcee depuis le retour a Sion par le monde religieux juif, ce qui est une anticipation prophetique, eschatologique.Le monde chretien local a organise avec des mouvements divers un “Jour Naqba – Jour de la Catastrophe”.

Le 28 iyyar 5727 correspond au 7 juin 1967 lorsque les troupes israeliennes sont parvenues a l’interieur de la Vieille Ville de Jerusalem. Ce fut cette annee le 16 mai, Yom Yerushalayim – Jour de Jerusalem qui pose des questions diverses a la societe israelienne.Il reste un fait sur lequel nous avons deja eu l’occasion de parler dans ce blog: Jerusalem, voici 40 ans, passait pour la premiere fois dans l’histoire sous le controle de l’Etat juif, ce qui constituait alors et demeure aujourd’hui une bouleversement tout-a-fait extravagant et rocambolesque des perspectives et enseignements du christianisme, en particulier dans cette region du Proche et Moyen-Orient. Bien que la chose paraisse pratiquement impossible, je me refuse a considerer ceci comme une dimension politique et reductible a un evenement politique. Il y a eu bien plus que ce que nous comprenons aujourd’hui, sur place – et dans le monde cela est encore plus difficile a decoder – de cette reunification de Jerusalem, non pas sous le pouvoir et les consentement d’Eglises ou de Nations, mais sous le controle de l’Etat hebreu, agissant au titre civil, mais dans une dimension prophetique qui est celle du peuple juif.

En soi, il est pratiquement impossible a ce jour, de faire une projection d’avenir sur ce qui s’est produit alors. Il est certain que ce fut un evenement qui depasse de tres loin ce que tous peuvent y discerner et aussi toutes les pretentions ou revendications que les uns ou les autres auraient sur une Ville de prophetes.Je reste convaincu, que, d’une maniere tenue et encore tres faible, nous assistons a ce que l’Evangiste Luc rapporte des paroles de Jesus Christ sur le fait que Jerusalem sera foulee par les Paiens (Gentils) jusqu’a ce que soit acheve ce temps (Luc 21, 24). On pourrait dire qu’il s’agit, en la matiere, d’une auscultation de faits qui marquent des developpements qui depassent tout pronostic ou parti-pris.C’est pourquoi il est aussi tres difficile de prevoir des statistiques valables sur une forte poussee de la population arabe et une diminution ou disparition de la population chretienne. Le monde arabe chretien existe et a une coherence particuliere avec des diasporas multiples tout en cherchant un lien indefectible avec l’Islam, ce qui s’est toujours avere errone. En revanche, aujourd’hui, le monde de l’arabite chretienne doit poursuivre sa tache de mediation entre le monde juif, qui nie le christianisme pour des raisons historiques et spirituelles a prendre en compte, et un Islam volontiers expansif.

L’unite est aussi marquee, ces jours-ci, en particulier le 18 mai, Jour de la Fete de l’Ascension, par la signature a Moscou de l’accord de reunification entre l’Eglise Hors-Frontieres qui, guidee par son Saint Synode et le Metropolite Laur retourne par concelebration eucharistique dans le sein de l’Eglise-Mere de Moscou , le Patriarcat de Moscou dirige par le Patriarche Alexei de Moscou et de toute la Rus. Il est impossible de ne pas voir, dans cet acte, un mouvement precisement bien explique par sa manifestation en cette Fete de l’Ascension du Seigneur. Il s’agit d’une montee spirituelle et qui se fera par des etapes. Cet acte d’union est cependant important et significatif. La aussi, il faut eviter de juger d’une maniere trop precipitee. Deux axes se dessinaient depuis plusieurs mois: le monde nord-americain et, d’autre part, australien qui semble developper, avec d’autres lieux, une sorte de d’opposition a cette reunification dont le maitre-d’oeuvre semble vraiment etre l’archeveque Mark de Berlin egalement en charge de cette Eglise en Terre Sainte, Israel et Palestine. Culturellement parlant, la pedagogie procede comme de coutume: a un acte federateur fondamental s’oppose une reaction traditionnelle malgre le statut particulier dont jouira l’Eglise Hors-Frontiere au sein du Patriarcat de Moscou. Le mouvement est federateur; il se heurte – comme toujours historiquement a des scissions ou des resistances fortes. Voire des protestations. Il y a eu, en la matiere, des manquements a une preparation, amis ceci est le propre de ce genre de mouvements. Il est egalement possible d’y discerner une certaine fragilisation de l’Eglise russe et son desir d’elaborer des liens plus soudes avec des diasporas anciennes.

En Israel-meme (le cas de la Palestine etant different quoique sous le “regard” israelien), cela signifie que l’Eglise reunifiee russe du Patriarcat de Moscou gere un territoire et des lieux spirituels importants. En 1948, Israel avait considere avoir tout rendu au Patriarcat de Moscou. A ce jour, le Patriarcat de Moscou couvre tout Jerusalem depuis Ein Karem jusuq’au Mont des Oliviers et les deux monasteres de Maria Magdalena et de l’Eleona. Sans compter des implantations multiples, a l’interieur de Jerusalem et dans le reste du pays. Cette dimension est importante car elle permettra – selon ce qui sera defini par les autorites israeliennes et russes(L. Poutine a ete tres favorable a la reunification) – de redeployer de maniere significative la tradiiton des pelerinages des orthodoxes chretiens de toute l’ancienne Union Sovietique, meme si des disparites peuvent apparaitre entre la Federation de Russie et d’autres republiques (Georgie, Moldavie ou Ukraine, par exemple).

Apparemment, Israel est, pour l’heure, le deuxieme pays “russe” dans le monde. Ceci est exact en raison du nombre d’olim – עולים nouveaux immigrants qui sont arrives en Israel depuis 30 et surtout une douzaine d’annees. Mais on ne peut certifier que, depuis lors, ces personnes se percoivent comme “russes” et – en depit de difficultes majeures – on assiste a une israelisation reelle de ce socius qui garde des liens avec differentes couches de diasporas sovietiques ou russe, ukraine ou autre. L’unification entre l’Eglise de Moscou et l’Eglise Hors-Frontieres a certainement une dimension forte dans les annees a venir, moins sur le plan d’Israeliens qui veulent etre orthodoxes et rester chretiens en raison de l’aggiornemento necessaire entre l’Eglise et la societe juive. En revanche, il faudra voir comment reagira le monde arabe chretien orthodoxe, compte-tenu de l’importance de mariages mixtes (ex-sovietiques – arabes), le desir de maintenir une coherence culturelle. Que vont devenir, dans les faits, les nombreuses moniales arabes qui peuvent autant choisir de rester dans les lieux ou bien etre convier a reflechir a d’autres solutions locales.

L’Eglise-Mere de toutes les Eglises qu’est le Patriarcat de Jerusalem se doit de conserver son rang de primaute en tant qu’Eglise locale. Je vois a l’annee des malades qui viennent se faire soigner ans des etablissements israeliens, aujourd’hui des lieux de cure. J’inteviens souvent sur le plan de la Confession et de la Communion. Mais d’autres elements apparaissent comme le desir de certains pelerins de se faire baptiser en Terre Sainte, voire de se marier religieusement a l’eglise. Meme s’ils produisent des documents civils officiels de Russie ou d’une autres republique, cela posera une question dans un pays comme Israel ou le mariage civil n’existe pas. Le mariage religieux ne saurait devenir un “business touristique” sans veritable preparation adequate et sans que les instances religieuses locales, a savoir en premier le Patriarcat grec/Roum orthodoxe de Jerusalem ne soit directement capable de resoudre ces questions. Il est frequent que les Catholiques, voire d’autres Eglises acceptent de rendre ce genre de “service” alors qu’il est imperatif de developper une pastorale coherente.

Dans ces memes jours, nous assistons a l’extreme fragilisation du Patriarcat grec-orthodoxe de Jerusalem. Le Patriarche Theophilos III est conteste, deux ans seulement apres avoir ete elu par le Saint Synode de Jerusalem, suite au Synode pan-orthodoxe reuni par le Patriarche oecumenique Bartholomaios Ier de Constantinople. Le Patriarche Theophilos souligne qu’il est un homme qui a dedie sa vie a Dieu et qu’il ne connait rien “au business” (aux affaires). L’actuelle fracture semblerait aller a l’encontre de ce qui se produit dans ces jours ou l’on celebre ou commemore des actes de reunification. La presence au sein-meme du patriarcat de l’ancien patriarche Irenee et du nouveau Theophilos, reconnus par des Etats “antagonistes” (Irenee par Israel, Theophilos par la Jordanie et la Palestine) est une situation incongrue, sous le regard de la police et de l’armee israelienne. Ce ne peut etre une situation religieuse et spirituelle. C’est une situation qui empire. L’unique archeveque arabe, l’archeveque Theodosius-Attalah – notoirement pro-palestinien-a marque son opposition au Patriarche Theophilos qui l’avait ordonne eveque. La situation offre des similitudes assez interessantes sur le plan socio-culturel avec ce qui s’etait produit dans l’Eglise catholique qui a longtemps barre, localement, l’episcopat et le patriarcat aux Arabes. En revanche, lorque le P. Daniel Rufeisen, pretre israel d’origine juive, a conteste la valadite de Mgr Michel Sabbas comme primat arabe, il a exprime – voici une bon nombre d’annees – quelque chose de cette souffrance jerusalemite a pouvoir exister en plenitude au sein de l’Eglise, sans distinction d’origine.

L’Eglise orthodoxe de Jerusalem est mangee par le cancer de la nationalite a tout les niveaux. C’est un element particulierement dangereux car la foi au Christ ressucite ne se gerent pas comme de documents dont des gouvernements ou autres reclameraient des certificats ou des preuves. Verifier la foi est une chose importante. La foi se demontre surtout dans la perseverance comme l’ecrit Saint Paul. Cette quarantaine d’annees voit l’union se batir la ou ne se manifeste pas (apparemment) une lutte intestine, mais la reconnaissance de ce que chacun est dans le projet de Dieu. A priori, lsrael soutiendrait par nature le monde de la culture grecque car la societe israelienne – comme la foi juive – trouve dans cet heritage une source puissante qu’elle ne peut eviter. A cet egard le monde juif a besoin d’amitie de la part du christianisme et cela peut s’averer etre un defi reel, sinon un dilemme. Il peut meme se retourner par des accords evidents avec le nonde semitiques ou la foi et les interets seraient plus clairement definis. Israel et la Jordanie ont ainsi conclu beaucoup d’accords au cours des 30 dernieres annees.

C’est un principe theologique fort et surtout tres pertinent dans ces heures difficiles a comprendre: toute priere d’unite est exaucee par Dieu. Ou se trouve alors Beelzeboul? Pour quelle raison prend-il ses formes variables d’instabilite?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s