D’un “J. Okhi” a un “ken/oui”

La radio nationale israelienne (Reshet Bet רשת ב) a annonce que le Conseil des Ministres israelien avait decide aujourd’hui 28/15 octobre 2007 – ט”ז דחשבן תשס”ח de reconnaitre “l’archeveque” Theophilos comme Patriarche grec-orthodoxe de l’Eglise de Jerusalem Theophilos III. Les “alertes” journalistiques commencent a s’amasser, lentement, car nous sommes un dimanche.

Il y a une certaine beaute et sans doute Providence a ce que la decision ait ete prise ce jour. Dans le calendrier grec, c’est en effet, le Jour anniversaire du “Okhi – Non!” adresse pendant la deuxieme guerre mondiale par la nation grecque et son dirigeant Ioannis Metaxas contre l’ultimatum fasciste decrete envers la Grece par B. Mussolini le 28 octobre 1940. L’ultimatum consistait a obliger le gouvernement grec a laisser l’Axe penetrer le territoire hellene. Il est possible que la conversation ait ete menee en francais et Ioannis Metaxas aurait declare: “Ce sera la guerre”. A l’aube, les troupes italiennes stationnees en Albanie entraient en Grece.

Ce “Okhi – Non” national a pris une importance considerable dans les mouvements de la resistance grecque, deja pendant deuxieme guerre mondiale. D’une certaine facon, le gouvernement israelien a pris sa decision en un jour historique a plus d’un point pour une nation grecque dont on oublierait trop souvent qu’elle fut longtemps victime des Ottomans et egalement extermines dans les regions du Pont-Euxin.

C’est aussi un geste envers une Eglise qui a traverse des peripeties inimaginables au cours des siecles, devenant un peu avant le commencement 19eme siecle, et de maniere progressive, le premier proprietaire terrien dans une region encore non repartie en divers Etats qui se sont constitues depuis 60 ans.

La decision a ete prise, semble-t-il – a cette heure – avec l’accord de trois ministres sur la recommendation du Chef du Comite en charge de l’etude du dossier de l’Eglise grecque-orthodoxe, M. Rafi Eitan. Le Shas a officiellement proteste et menace de porter l’affaire devant l’Assemblee generale de la Knesset, le parlement d’Israel. Cette eventualite ne devrait pas raidir les positions. Pour l’instant les nouvelles sont “brutes”, sans aucune autre mention du moine Irenaios.

Il faut admettre qu’Israel a mis beaucoup de temps a reconnaitre une decision prise en conformite avec les canons du Droit ecclesiastique des Eglises orthodoxes, apres une decision exceptionnelle decidee par le Patriarche Bartholomaios Ier de Constantinople, patriarche oecumenique et “primus inter pares” entre le chefs des Eglises orthodoxes. Ce synode qui s’etait reuni voici deux ans avait ouvert sur l’election a la quasi unanimite des membres du Saint et Sacre Synode de Jerusalem, de Theophilos III. Depuis lors, les scandales n’avaient cesse de se multiplier comme des chancres de medisance. Au fond, c’est la une maniere tres courante dans toutes les situations.

Il est important qu’Israel puisse acceder a cette demande instante, repetee a bien des niveaux locaux et internationaux. Le “Ynetnews press agency” souligne, dans son “alerte”, que le Patriarcat grec-orthodoxe de Jerusalem possederait plus de terrains que le “KKL – Le Fond National Juif” pour Israel charge de gerer les proprietes et la terre appartenant a l’Etat d’Israel.

Le propre de la Justice en la matiere renvoie chacune des parties concernees a la justice “face a Dieu”. Il est evident qu’il faut etre pragmatique. Mais la justice ne connait ni le partisanat, ni l’opportunisme. L’Eglise grecque-orthodoxe de Jerusalem, comme toute Eglise autonome et de plus patriarcale, est totalement libre de ses agissements et de ses choix.

Il faut esperer que cette reconnaissance ouvre sur l’ouverture d’une veritable rencontre avec le peuple juif et la nation, la societe israelienne. C’est le voeu de prosperite et de priere que je crois pouvoir ecrire a cette heure depuis le lieu situe au-dessus de l’Anastasis, Lieu de la Resurrection, ou j’habite.

En revanche,je trouve tout-a-fait singulier que la decision ait ete prise a cette date. Il y a sans doute bien plus potentiellement, mais c’est largement premature: cette date est aussi celle de la Fete nationale armenienne dont l’Eglise locale compte de nombreux rescapes du genocide de 1915.

Il faut aussi penser a tout ce que cela a coute en forces humaines, spirituelles. “Je ne mourrai pas mais vivrai et raconterai les actions du Seigneur”.

Is polla eti – многыя лета – עד 120 וכמה חודשיים

La nouvelle est officielle et est traitee de maniere contrastee comme cela parait tout-a-fait normal dans une situation aussi intrinquee.Le journal “HaAretz – הארץ ” mentionne que le chef du Comite Rafi Eitan aurant fait une recommendation en vue de la reconnaissance du Patriarche Theophilos III. Le processus ne fait que commencer, mais il est lance, sans doute irreversible et l’aspect providentiel de la date fait sens.  

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s