Lorsque Jérusalem s’éveillera…

Lorsque Jérusalem s’éveillera…

 

Lorsque Jérusalem s'éveillera...

par av Aleksandr, prêtre orthodoxe (Israël)

Nous sommes dans les jours de festivités. Jérusalem et l’État d’Israël ont commémoré le 62e anniversaire de l’État hébreu, le jour officiel israélien de la Shoah et des victimes de la guerre qui ont conduit à l’indépendance du pays. Il y aura le 12 mai le Jour de Jérusalem rappelant qu’en 1967, l’armée israélienne entrait dans la Vieille Ville, prenant le Sinaï, les hauteurs du Golan et les lieux les plus sacrés du judaïsme et de la chrétienté, de nombreux lieux musulmans.

 

Les anniversaires se succèdent comme pour marquer de pierres blanches ou ocres des évènements que les habitants ont quelque mal à comprendre, accepter, digérer, intégrer. Ou bien, ils paraissent si évidents qu’ils s’imposeraient sans réflexion… Il y a du mouvement dans la Vieille Ville avec des extrémistes de tous bords qui s’affrontent plus par le verbe et les avocats que de manière violente. Voici 25 ans, la prise de Silwan qui allait devenir « Ir David – La Ville de David » construite par les religieux juifs donnait lieu à des combats violents et directs. Aujourd’hui, la bataille est devenue presque banale et pire, les chevaux rentrent normalement à l’heure de leur déjeuner vers 13 h. 30 à Kishleh, le poste de police central de la Porte de Jaffa.

Voici 25-30 ans, l’électricité était encore fournie, dans la Vieille Ville, par la Jordanie. Il était même stupéfiant que les canalisations étaient à l’air libre. N’importe qui aurait pu faire des attentats meurtriers. Il n’en fut rien. Aujourd’hui, on peut grommeler de-ci de-là, les travaux ont mis du temps à être lancés. Ils le sont et la Ville se modernise à vue d’œil tandis que l’ADSL est encore faible à l’intérieur du vieux quartier grec chrétien ou plus bas, vers le Saint Sépulcre.

Il faudra bien s’y faire et l’idée se précise dans des murmures peu distincts ni même unifiés : le train relie déjà Tel-Aviv à Akko (Saint Jean d’Acre) puis Ashdod au sud sur la côte; puis on arrive maintenant à Mal’hah, centre commercial de Jérusalem. Les travaux permettront bientôt d’utiliser le rail pour descendre à la station « Kotel — Le Mur Occidental ». Comme si le Mur avait cessé de se lamenter pour les uns, le temps pour les autres de prendre le train en marche…

Fin juin 1967, deux millions d’Israéliens et gens de toutes les nations qui défilèrent pieusement et avec une intense émotion au Mur encore pavé de sable. Rares étaient ceux qui auraient pensé que, moins de 50 ans plus tard, le Lieu Saint serait accessible à tous, les vieux quartiers juifs rebâtis. La synagogue de Hurva n’est plus une arche fragile, mais un bâtiment massif. Cela peut irriter, cela scandalise, cela crée des malaises. Ici tout porte au malaise du temps et des secousses de l’histoire.

Il y a un vrai dialogue de sourds, muets et aveugles. Chacun y va de ses postures comme celles souvent représentées de ces singes qui se couvrent les oreilles, les yeux et la bouche. Qui aurait dit que des vagues d’Israéliens contemporains affirmeraient à la face du monde et d’un G20 et autres puissances mondiales que Jérusalem est la capitale éternelle de l’État Juif depuis 3000 ans « qu’elle l’est et qu’elle le sera pour toujours » ? Il est évident qu’il y a ici des groupes d’opposition qui tentent d’atermoyer des élans par trop impulsifs, passionnels, issus d’une mémoire dont on imagine peu – sinon pratiquement pas – à quel point elle fut bafouée et systématiquement réduite au silence au cours des siècles. Elle reste d’ailleurs sciemment méconnue ou ignorée, opaque au sens de la vie vraie.

J’ai toujours su, dès ma plus tendre enfance que Jérusalem est la capitale des Juifs. N’importe quel gamin juif lisant les Psaumes et disant les prières le sait. Il ne s’agit pas d’un savoir. Il s’agit d’une mémoire vivante. Elle trace dans l’immédiat un lien indissoluble entre Abraham au mont Moriah, Yohanan Ben Zakkai voyant la destruction du Temple et le retour imploré quatre fois par jour dans les prières. Faut-il être mécréant ou libertin, pour imaginer que Dieu, le Vivant, n’écouterait jamais cette demande instante : « Reconstruis de nos jours et de notre vivant et du vivant de toute la Maison d’Israël le Lieu de Ton Sanctuaire au milieu de Ta Ville Jérusalem ». Une pareille supplique dépasse par définition toutes les tactiques de tous les partis, tous les clivages. Elle les rend plus aigus.

Car il y a là un défi à la manière dont l’histoire se déroule. Il est rarissime qu’elle soit juste au sens où tout code pourrait tenter de définir la justice. Il s’agit d’autre chose, plus proche de la destinée de Job. L’homme de la Bible traverse le déluge humain pour cerner de loin une espérance faite de survie et d’une justice incompréhensible. Encore faut-il, entre humains, avoir la conscience de ne tenter personne au-delà de ses forces.

Nous sommes dans les cents cinquantenaires comme je le soulignais dans des chroniques précédentes. Ne chipotons pas à un ou deux ans près ! Il y eut Eliezer Ben Yehudah et la renaissance de l’hébreu comme langue vivante. Aujourd’hui, les médias israéliens donnent dans une frénésie yiddish sans précédent ! Certes toujours le même anniversaire pour Schalom Aleichem, cette année Scholem Asch, un yiddishisant remarquable, un peu plus « hérétique » et pratiquement mis au ban de la communauté juive pour tendances christianisantes. Tout comme Marc Chagall. Mais, radios et médias donnent dans cette mémoire. Il  y a une blague du temps d’avant l’Indépendance. Dans un bus, à Tel-Aviv, une mère s’entête à parler yiddish à son fils qui répond en hébreu aux voyageurs. L’un d’eux réagit vivement et le dit à la mère. Elle lui répond : « Mon fils doit parler yiddish parce que je ne veux pas qu’il oublie qu’il est juif ! »

L’hébreu contemporain est une langue puissante en créativité. Elle est de fait comme l’a écrit Paul Wexler, un dialecte d’Europe de l’Est, calqué sur le yiddish de la Terre de K’naan (Pologne et Ukraine) qui se fraye avec beaucoup de lenteur dans l’humus de la réalité sémitique de l’ancien et du nouveau.

Ces jours-ci l’anniversaire se porte sur Theodore Benyamin Ze’ev Herzl, né le 2 mai 1860/10 Iyyar 5620 à Pesht (de Buda — ), éduqué à Vienne et « hozer hamedinah » visionnaire de l’État, le JudenStaat ou « État des Juifs »ou encore « Altneuland — l’Ancien — Nouveau Pays » qu’il réussit à lancer, y laissant ses propres forces tout comme Eliezer Ben Yehudah.

L’État d’Israël célèbre son 62e anniversaire et le 150e anniversaire de la naissance de Théodore Herzl. Chacun y ira de ses propres « visions, opinions ou suggestions ». Disons que dans une histoire de cette nature, on est largement coiffé par le mystère de Dieu. C’est très ennuyeux pour l’humilité et les aviseurs professionnels de tous bords.

Lors du Jour de la Terre/Yom HaAdamah, il y avait une ambiance bon enfant autour du maire de Jérusalem Nir Barkat, du députe I. Rivlin pour lancer sur le pont entre la Porte de Jaffa et Mamilla, un spectacle son et lumière solaire sur les murs de la Cité. Tandis qu’une blonde chantait les hits en haut des tours, on papotait tout en filmant avec force mobile et caméras. Il y avait aussi des Arabes qui vendaient des friandises ou flânaient tranquillement. Et es chrétiens ?

Tout, absolument tout, dans le retour des Juifs en Terre d’Israël à l’instigation de Théodore Herzl et des rénovateurs des valeurs juives traditionnelles s’est positionnés comme en réaction directe à des prises de position chrétiennes négatives ou suspectes lorsqu’elles étaient positives (messianisme protestant).

La réaction du Pape Pie X en 1904 reste encore chargée de sens. Il faudra beaucoup de temps pour que l’Église, au-delà de discours truffés de phrases en fourche, arrive à dépasser l’idée que « Les Juifs n’ont pas reconnu l’Église, l’Église ne peut donc pas reconnaître le judaïsme ». Il y a beaucoup de signes prometteurs. Il ne faut pas oublier que, de retour à Sion, le judaïsme religieux reprend l’annonce aux Païens que sont les chrétiens pour le judaïsme officiel.

L’Orient chrétien est bien plus timoré. Les Juifs ont quitté les antiques terres de l’Europe de l’Est, désormais vidées de la sève spirituelle qui supportait la foi de l’Église orthodoxe et orientale. Il faudra bien du temps pour qu’un véritable dialogue de compréhension en profondeur et réaliste, sérieux s’instaure là où la haine et l’altérité ont régné jusqu’à la négation des commandements divins.

J’interviens de plus en plus souvent sur le sens de la langue hébraïque dans l’Église et le ferai à Paris au mois de juin prochain dans un cadre officiel. L’hébreu reste une langue profondément extérieure à la réalité rédemptrice chrétienne. Il y a des hébréophones et, comme partout, des fans inconditionnels. Les bonnes volontés ont existé, surtout à la découverte des charniers de la Shoah. On ne s’improvise pas à parler le Talmud pour autant.

Les Églises n’arrivent pas à lire dans le renouvellement d’une forme hébraïque originale l’émergence d’un élément rédempteur proche de la résurrection (cf. Romains 11,12). Il n’est pas tout de prétendre prier en hébreu dans l’Église. On savait bien mieux le faire au 19e siècle (Église orthodoxe russe de Jérusalem, Église anglicane dès 1841, soit 9 ans avant la naissance d’Eliezer Ben Yehudah et 20 ans avant T. Herzl !). Aujourd’hui, on copie plus le polonais latinisé ou les Pères grecs avec un peu de syriaque sans lien avec la réalité matricielle de l’hébraïsme.

Il est utile de prendre le pouls de telles attitudes, car les mots sont chargés d’une histoire. Y a-t-il un possible « parler juif » dans le monde chrétien ? La réponse reste ouverte, entraînant peut-être alors des bouleversements bien plus profonds que ceux suggérés par la syntaxe.

Il y va de l’existentiel.

Av Aleksandr (Winogradsky Frenkel)

29/16 avril 2010 — 15 Iyyar 5770 — 15 Jummada al-Awal 1431

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s