Quoi de neuf à tribord?

Quoi de neuf à tribord ?

 

Quoi de neuf à tribord ?

par av Aleksandr, prêtre orthodoxe (Israël)

 

Nous toussons tous à La Porte de Jaffa : les travaux de modernisation n’arrêtent pas. Il peut fait 40 ° C, le vent du désert poussera les fumées, les poussières, les saletés arrachées à une terre multiséculaire. Rien n’y fait : le travail de fourmi se poursuit. La ville prend un ton neuf. Plus personne pour critiquer telle ou telle tendance politique. Les travaux finiront bien et ce sera un plus pour une meilleure anticipation de ce doit être le 21e siècle à Jérusalem, même aux lieux les plus archaïques de l’expérience humaine : entre le sacrifice d’Isaac au Mont Moriah et la Croix, le Tombeau Vide ou Anastasis en bas, au Saint Sépulcre.

 

Voici 20 ans arrivaient en masse les Juifs et assimilés en provenance de l’ex-Union Soviétique. Le pays allait prendre pour ces deux décennies et sans doute bien plus, car un grand nombre de refuzniks (contestataires) avaient été acceptés en Israël voici 30 ans — une allure neuve et ancienne. Curieusement l’histoire d’Israël reste fidèle à ce morceau de Terre Sainte qui désignait par « K’naan » (Canaan en yiddish) la Terre de Pologne ! On reste confondu par ce sens profondément imprégné de culture slave. Nous sommes entre La Biélorussie, l’Ukraine, la Pologne, la Moldavie, la Crimée et quelques extensions plus récentes dans le passé soviétique : la Russie et des personnes de Leningrad, Petrograd, trop récemment redevenue Saint-Pétersbourg. Il y a les Pays baltes et les immenses républiques de l’Est qui s’étirent jusqu’en Mandchourie, la Chine et même le Japon.

Le monde est-il le même quand on le regarde avec cette mesure du temps intemporel qui commence dans les faubourgs de Peremysl/Przemysl (Pologne ukrainienne) et se pose difficilement à Birobidjanershtot, la capitale stalinoyiddishisante d’un judaïsme prolétarien universel où règne aujourd’hui le Loubavitch et l’Église orthodoxe…

Le monde chrétien semble un peu « perdu ». Tous les jours, par flots intenses et constants, les « Russes » arrivent pour passer de quelques heures à trois jours ou plus à Jérusalem, dans le pays, dorment le plus souvent à Bethléem. C’est rentable pour la ville palestinienne et moins onéreux pour les pèlerins et touristes. Cette année l’Europe est surtout néerlandaise. Ils savent bien gérer l’Euro en Hollande.

La radio diffuse depuis 48 heures (Reshet Bet/Deuxième Canal) des émissions qui visent à montrer les difficultés réelles de familles séparées entre Israël et Gaza. Le père est arabe, la mère israélienne. Ne cherchez pas qui est qui, ni qui est juif ou chrétien arabe ou musulman. Tout le monde parle parfaitement hébreu, les journalistes parlent parfaitement arabe et tout ce petit monde discute sans beaucoup d’agressivité. Il ne s’agit pas d’enfoncer son cou dans le sable comme une bonne autruche le ferait dans son kibboutz de Haon dans le nord et essayer de ne rien voir ou de se voiler la face!!! Comment se voiler une face ici, alors que sortant de mon café du « New Mamilla Espace » je croise de fort jolies silhouettes venant de contrées arabiques proches et qui font leurs achats sous burqas seyantes aux tissus légers comme les soutanes grecques.

À la radio, un enfant de 6 ans appelle son papa qui est à Gaza. La mère est arabe d’Israël et vit donc à tribord du territoire. Elle explique les faits avec pudeur et décence, mais fermeté et sans rien céder à dénoncer le caractère inhumain de sa vie. Il faudrait peut-être dire combien ces situations sont multiples de par le caractère extrêmement bigarré de notre population. Les origines sont multiples, quasi-planétaires sur un petit bout de terre mythique.

Le papa répond à son fils en direct de Gaza. Tous les jours, j’assiste à ces conversations familiales « sans fil », obtenues par des téléphones qui fonctionnent par système presque gratuits dans l’ensemble du monde arabopalestino-israélien et constitueraient un défi à la compréhension logique de tout européen. Ici, le visiteur normal est celui qui dans un lieu public remercie les Arabes en hébreu et les juifs en arabe, grâce à un petit lexique de poche à peine digéré. On parlerait chez quelques philosophes de « confusion des sentiments » ; Molière aurait le bon sens qui se perd de parler « d’ignorantus, ignoranta, ignorantum ».

À Mamilla, pas de problèmes, sinon que nous manquons de journalistes internationaux ayant museaux fins sur papilles de velours. À force de très mal déglutir la faillite — sans doute temporaire, mais qui peut durer – de l’économie européenne et mondiale selon les critères traditionnels, la chute ici sensible de l’Europe et le maintien « tranquille » d’un dollar en point d’interrogation, on finit par ne plus renifler finement les mutations simples et signifiantes d’une société en déploiement et en voie de rencontres intra-ethniques.

Les églises de la Vieille Ville sont le plus souvent fermées. Une vieille frayeur orientale que « l’autre » ne pille les biens d’églises, le plus souvent il s’agirait du musulman. J’ai connu des cas, mais il faut être très prudent. Il n’est pas rare, dans ces temps de disette cruelle, que ce soit le chrétien qui se vole lui-même ou bien son frère ou son cousin… Ici, les relations sont tribales et universelles. Si, soyons francs : il y a de la créativité franciscaine (Custodie de Terre Sainte) dont le Custode — un homme décidé, réaliste et théologiquement pieux — vient d’être prolongé dans son mandat. Chez les Arméniens, même vitalité dans la Vieille Ville : dans leur cimetière du mont Sion, les Arméniens viennent de renouveler une église, de même qu’ils ont rouvert un lieu de culte sur la route de Hébron, à Jérusalem, proche du « quartier allemand ». Les Russes orthodoxes se déploient dans les Territoires (Jéricho ; tout comme les Roumains et les Syriens-Orthodoxes). L’Église orthodoxe grecque a principalement célébré la Pentecôte au cimetière arabe du mont Sion gisent aussi de nombreux Israéliens orthodoxes venus de l’Est, quelques Chinois, et Coréens de foi authentique. Combien serons-nous ce mercredi soir pour fêter le jour des Saints Constantine Hélène, Égaux aux Apôtres, bâtisseurs d’un christianisme d’État voici 1700 ans à Nish

Nouvelle Mamilla ? Un quartier aux pierres numérotées, comme celles qui ont construit la maison où Théodore Herzl habita lors de son séjour ici… Les autorités israéliennes le disent comme une paisible évidence : ce sera le lieu du siècle pour des rencontres vraies inter-ethniques. On y vient manger, s’habiller, papoter, babiller, s’affairer, se rencontrer, échanger. Il y a maintenant des groupes d’échanges spirituels, principalement juifs qui s’orientent sur les enseignements du Rav Kook (premier grand rabbin de Palestine sous mandat britannique) et de tant d’autres. Il y existe une vraie convivialité.

C’est curieux quand même. Depuis 1918, plus personne ne parle turc dans le pays. Il y a régulièrement des clashes avec la Turquie, tout comme soudainement rien ne va plus avec la Grèce. En Grèce la situation est difficile, très difficile. Le personnel de notre séminaire le sent passer. Mais enfin, la Grèce a encore de quoi acheter suffisamment d’armements à la France pour attaquer la Turquie en cas de besoin…

La télévision Al Jazeera diffuse en direct le drame de la flottille au large de Gaza. Cette capacité médiatique est étonnante !!! En direct, le reporter d’Al Jazeera montre les soldats israéliens sur le pont reçus à coups de… (quelques couteaux, des barres, etc.). Nous, on est là, anonymes de Jérusalem, en territoire grec, alors que savons-nous, franchement…? Une moniale passe ; elle voit la scène et sait que l’on montre des Turcs… Or elle est de Chypreversion grecque… La suite ne peut se raconter de par chez vous… au risque de perdre un vieux fond bas égéen… et une certaine prétention spartiate…

À la radio israélienne, on met en garde les citoyens contre des voyages trop hâtifs vers la Turquie. Autant frustrer des superfans de rahat-loukoums, de Bosphore intercontinental et surtout de matches de football. Chacun y va de son interprétation, seulement ici, nous savons que c’est une crise, comme il y a des tremblements de terre inévitables, dont l’une des petites explications se trouve peut-être dans le chaos global d’une Europe embourbée par les inadvertances de son histoire et les tumultes de ses économies. Oserait-on mentionner le terrible sondage effectué à Gaza et qui montre la montée de la pédophilie dans un souci trop tassé, effroyablement replié sur lui-même ?

Ce mardi 1er juin fut très paisible en Israël et à Jérusalem. Oui, il y a les manifestations estudiantines à Haifa et ailleurs, mais c’est du déjà-vu. Il est sidérant de constater que tous crient en mineur sur Israël en oubliant de hurler en majeur contre les morts quotidiennes, par centaines ou par groupes en Iraq, Afghanistan, Pakistan, Kashmir

Mais… on ne sait plus à qui se fier… Voici que BHL (Bernard HenriLevy) aurait soutenu qu’il n’y pas au monde d’armée plus démocratique que celle d’Israël. On comprend parfois qu’il y ait des jours ou un être « est grand, beau, sent bon le sable chaud » quand il plonge aux racines le plus « démo » de son égo profond.

Ce mardi soir, justement face à la Porte de Jaffa/Mamilla, il y avait un formidable concert de jazz. Et que ça swinguait, dansait ; les filles ici dansent tout de go, avec les bébés, le hassidLoubavitch esquisse des pas rythmés. Son fils porte le T-shirt « We want Moshiah Now — nous voulons Messie maintenant ». Et vous ?

Et là, au milieu, avec les copines, une jeune Arabe orthodoxe chrétienne, qui travaille chez les catholiques avait choisi son plus beau chemisier blanc pour danser avec les autres un jazz « sur le pont de Mamilla ».

av Aleksandr (Winogradsky Frenkel)
2 juin/20 mai 2010 — 20 siwan 5770 — 19 Jamaada al-arikhi 1431

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s